Chapelle Saint Méen

La chapelle de Saint Méen ne laisse pas indifférent. Raretés dans l'architecture bretonne, ses deux nefs à toits distincts en font une oeuvre originale. 
Elle est commanditée en 1502 et achevée en 1556 par une famille de nobles bretons, les Larlan, seigneurs de Coët-Quintin en Ploemel.
Elle est de style gthique flamboyant ou gothique tardif.

Le vitrail de la chapelle nord représente une Crucifixion et une Déploration. Daté de 1556 par une inscription dans la lancette gauche il est retouché en 1902 par le maître verrier Laumonnier.
Malgré le temps, les couleurs ont conservé leur faîcheur d'origine. Classé au titre d'objet aux Monuments Historiques depuis 1912, il se compose de trois lancettes et d'un tympan ajouré.

La baie de la nef sud abrite une Notre-Dame des Grâces et, dans le registre inférieur, une représenation de la population : paysan en habit traditionnel, chevalier et seigneur à gauche, femmes au milieu et un moine accompagné d'un élève à droite.

Saint Méen était un abbé guérisseur des maladies de peau comme la gale ou la lèpre et soignait aussi les enfants rachitiques.
La fontaine, contemporaine de la chapelle, était un lieu de pélerinage. Son eau avait la réputation de traiter ces différentes maladies, ainsi les pélerins s'imergeaient en espérant guérir.

Le pardon a lieu le deuxième dimanche d'octobre.